SUMMER SPECIAL - 25% OFF STORE WIDE - Code:  SUMMER25

FREE SHIPPING OVER $200

Entretien Forbes avec Ron Tomson

  • par Irving Baruh
  • 12 min temps de lecture

FORBES MODE DE VIESTYLE & BEAUTÉ

Ron Tomson : une marque mondiale de mode de quartier

Stéphane Rabimov Donateur

J'écris sur les marchés émergents, la mode, les arts et la culture.

 

Publié à l'origine sur Forbes 20 décembre 2021, 15 h 58 HNE

 

Los Angeles est en train de devenir la capitale de la mode de l'empire numérique. De la germination des pionniers salles d'exposition, attirant les visionnaires stylistes et réseaux sociaux Trail Blazers, pour nourrir une génération de concepteurs et la mode éducateurs, la ville réinvente son statut culturel mythique. Derrière toutes les transformations publiques impressionnantes se cachent le travail acharné et le dévouement de vraies personnes. La nouvelle affinité de Los Angeles avec l'industrie de la mode s'étend au-delà des listes désormais obsolètes des mieux habillés. Cela se traduit par les startups de la technologie de la mode, le nombre croissant d'artisans et les nouveaux médias qui s'installent dans les différents quartiers de la ville. La créatrice Sharon Bensason-Behar, fondatrice de la marque de vêtements pour hommes Ron Thompson, est l'une des personnes pour qui ce processus dynamique est le "travail d'amour" convoité. Il a lancé la marque en 2006 et a vécu de première main la révolution de la mode à Los Angeles. Cet automne, la boutique phare de Ron Tomson a été élue meilleure boutique de vêtements de quartier par les lecteurs du Los Angeles Downtown News.

Designer Sharon Bensason- Behar, fondatrice de la marque de vêtements pour hommes Ron Tomson AVEC LA COURTOISIE DE RON TOMSON

L'écosystème de style californien est notoirement centré sur les célébrités, et Bensason-Behar habille une liste surprenante d'hommes célèbres (nous y reviendrons). Pendant ce temps, la marque a un partenariat continu avec le district scolaire local et le service de police pour aider les diplômés et les cadets à s'équiper pour les entretiens d'embauche et les occasions spéciales. Ce qui rend cette étape impressionnante, c'est qu'une marque de mode de luxe peut non seulement survivre à l'une des périodes les plus difficiles pour l'industrie, mais aussi vraiment prospérer localement. Peut-être que l'histoire personnelle du designer était destinée à un moment comme celui-ci. Ses ancêtres comprennent des fabricants de textiles espagnols du XVe siècle et des tailleurs royaux ottomans. Ses grands-parents dirigeaient un atelier à Istanbul et ont créé le célèbre chapeau qui a lancé le turc Révolution du chapeau. L'empire numérique a rencontré son match méta-récit. J'ai contacté l'entrepreneur de mode pour en savoir plus sur ce qu'il faut pour diriger une entreprise de mode qui est à la fois pionnière en termes de style et de développement communautaire.

Quels ont été les défis d'entrer sur le marché conservateur de la mode masculine ?

Je suis heureux de dire que les défis auxquels j'ai dû faire face pour lancer la marque appartiennent désormais au passé grâce à la numérisation de l'industrie de la mode. Aujourd'hui, de nouveaux talents peuvent créer un label et trouver leur public grâce aux réseaux sociaux et aux showrooms numériques. Le grand défi pour les jeunes designers dans le passé était de présenter lors de salons professionnels coûteux. Vous pouvez désormais contourner les décideurs conservateurs et les acheteurs d'entreprise critiques pour attirer directement vos consommateurs. De plus, il y a la révolution du crowdfunding ! Je pense vraiment que nous avons maintenant un environnement très stimulant pour la créativité dans la mode masculine.

Vous habillez des célébrités et des startup stars, des élèves policiers et des demandeurs d'emploi... Qu'ont-ils en commun ? Qui est l'homme de Ron Tomson ?

Dans chaque vêtement que je fabrique, ma première motivation est de réaliser quelque chose d'unique. Il peut s'agir d'un élément de design, d'un textile difficile à trouver ou d'une technique qui peut être la bonne façon de faire quelque chose, mais trop coûteuse, et donc abandonnée par la plupart des fabricants. Par exemple, nos chemises habillées en pur coton 80 points et nos smokings en velours, nos boutons fonctionnels sur les manches, nos chemises en cuir véritable cousues à la main et nos coloris rares. Toute personne motivée à amplifier son énergie intérieure unique grâce à une attention vestimentaire aux détails est l'homme Ron Tomson. Il pourrait porter un pantalon de survêtement ou un smoking et présenter un sens du style immaculé dans n'importe quel environnement. Mon label n'est pas un look, mais la philosophie d'atteindre une rareté dans tout ce que vous aspirez à faire.

Vêtements pour hommes Ron Tomson AVEC LA COURTOISIE DE RON TOMSON

 

Attendez, un astérisque important… Comment Ron Tomson a-t-il obtenu son nom ?

J'ai nommé la marque d'une manière qui rime avec mon nom. Les trois dernières lettres de mon prénom et de mon nom. C'est ma carte de visite.

Revenons aux clients. En ce qui concerne l'âge, vos créations résonnent avec une gamme impressionnante de talents, de Ne-Yo à David Hasselhoff. Comment maintenir l'attractivité intergénérationnelle dans la mode ?

 

 

C'est peut-être mon obsession pour la construction classique des vêtements sur mesure. Le classique est intemporel. Ma marque est allergique à l'ordinaire, à la production de masse et à ses pratiques compromettantes. J'aime aussi implémenter des éléments de construction classique dans le streetwear. Vous savez que nos vêtements seront toujours parfaitement ajustés. Les stylistes adorent cela car le résultat est un vêtement luxueux qui peut être porté de manière polyvalente. Je suis tellement fier quand quelqu'un a choisi de porter Ron Tomson sur scène. Cela signifie que nous faisons également partie de leur histoire unique.

Ron Tomson est porté par des musiciens très différents : Paul Van Dyk, LA Philharmonic, Jason Derulo... Quel rôle la musique joue-t-elle dans ta vie ?

La musique est l'électricité qui m'alimente. Il inspire et motive mon processus créatif. Je suis un grand fan de tous ces musiciens et cela se traduit par une véritable relation. Notre magasin de Los Angeles rend hommage à la musique avec son décor, ses amplificateurs à la pointe de la technologie et le système audio audiophile de fabrication anglaise de Bowers & Wilkins. J'adore voir nos clients bouger en rythme, voire danser en faisant leurs courses. Je pense que pour une vie plus épanouie, la musique et la mode doivent être vécues ensemble.

Les designers attribuent souvent à la musique, à l'art et au cinéma l'inspiration. D'après votre expérience, quel est l'impact de la culture pop sur la mode actuellement ?

Quand on parle d'un article de mode contemporain, l'utilité du vêtement vient en second lieu à son image. Par exemple, le monde est énormément inspiré par le cinéma, maintenant plus que jamais. Des productions cinématographiques massives sont diffusées en « saisons » dans nos salons. Nous sommes électrisés par leurs univers et voulons revivre ces moments à travers la mode. Grâce aux univers cinématographiques de Disney Mandalorien, Apple TV Fondation, ou le nouveau Dune, les gens s'intéressent aux vêtements « médiévaux » et aux détails cérémoniels des vêtements de cérémonie. Ils veulent que les cardigans et les jeans présentent des détails d'équipement de combat et donnent l'impression qu'ils ont été conçus pour la survie.

Magasin de vêtements pour hommes Ron Tomson AVEC LA COURTOISIE DE RON TOMSON

En parlant de survie, comment votre entreprise s'adapte-t-elle aux réalités (post)pandémiques ?

J'aime visualiser Ron Tomson comme un catamaran. Une lame est notre tenue de soirée et l'autre est notre tenue décontractée. Heureusement, au début du COVID-19, notre marque était bien positionnée tant sur le plan financier que vestimentaire. Alors que la pandémie poussait l'état de la mode plus loin sur le territoire des pantalons de survêtement, nous nous sommes regroupés du côté des vêtements décontractés et avons continué à naviguer. Cependant, faire face aux problèmes de santé, au chaos réglementaire, aux fermetures de magasins, aux annulations de défilés de mode et au maintien de l'activité a été émotionnellement et logistiquement difficile. Cela ressemble à une longue journée de travail sur le pont depuis mars 2020. Nous revenons maintenant aux vêtements de cérémonie alors que nous commençons à voir une demande de mode plus équilibrée avec le retour des événements publics déguisés. En ce qui concerne les perturbations de la chaîne d'approvisionnement, nous n'avons pas été autant touchés que nos concurrents puisque nous n'utilisons pas les ports de Los Angeles car aucun de nos vêtements n'est fabriqué en Chine. Tous nos vêtements sont importés par avion d'Europe, principalement de Turquie.

Alors que de nombreuses marques se précipitent dans l'espace exclusivement numérique, vous développez des partenariats avec les grands magasins. Quelle est votre logique derrière cette stratégie ?

Lorsqu'il s'agit d'une expérience de magasinage divertissante et épanouissante, la brique et le mortier sont toujours rois. Si vous souhaitez évoluer. Les grands magasins ont fait beaucoup d'introspection, de renouvellement et de redéfinition. Ils sont à nouveau libres de faire ce qu'ils ont toujours fait de mieux : explorer, organiser et encourager. Le projet pour hommes de Macy, The Park, dans son magasin phare Herald Square à New York, est un excellent exemple d'une telle réimagination. C'est un étage de 14 500 pieds carrés structuré pour aider les acheteurs à découvrir de nouvelles marques et les dernières tendances. J'attendais que cela se produise et en tant que marque, nous accueillons ces partenariats à bras ouverts. Notre collection capsule exclusive devrait y faire ses débuts début 2022.

Cela dit, on ne peut nier le pouvoir de la présence numérique. Notre directeur créatif, Rafael Linares, l'un des plus grands talents de style de Los Angeles, dirige notre e-transformation. Toucher tous les sens tout en livrant la mode est toujours très important pour moi. C'est pourquoi nous construisons une nouvelle culture d'entreprise qui nourrit les relations virtuelles et hors ligne. Nous collaborons avec des photographes et des influenceurs locaux.

Pour une marque aux racines mondiales, vous vous engagez de manière non conventionnelle dans votre quartier. Qu'est-ce qui motive l'engagement communautaire de Ron Tomson ?

Je trouve cela plus percutant lorsque les dons et la sensibilisation sont effectués au sein de votre propre communauté. Nous discutons face à face avec les forces de l'ordre locales, les chefs d'église et les administrateurs scolaires pour savoir où et comment nous pouvons contribuer de la manière la plus utile. Cela nous permet également de nouer un lien beaucoup plus fort avec notre quartier et chaque histoire personnelle, chaque relation authentique donne non seulement un sens à la marque, mais nourrit également notre esprit.

Vêtements pour hommes Ron Tomson AVEC LA COURTOISIE DE RON TOMSON

Pour réussir dans la mode, quel est le rapport entre le sens des affaires, le savoir-faire technique et la chance ?

Dans mon cas, il faut destin. Avec le recul, je ne peux pas dire que j'étais très avisé en affaires ou un magicien de la technologie au début, mais j'étais convaincu que cette voie était le destin. La détermination et la conviction vous permettent de travailler plus dur, de vous relever et de réessayer après chaque échec, inévitablement. À un moment donné, la chance entre en jeu. Cependant, j'espère qu'à ce moment-là, vous serez prêt à surfer sur sa vague, car vous avez déjà construit une base stable.

Quelle est la question la plus pressante qui vous préoccupe en ce moment ?

À quelle vitesse pouvons-nous voir la suite de Dune? Blague à part, ma vraie question est… Où les réseaux sociaux amènent-ils la créativité ? Nous avons traversé une période où la créativité s'est libérée en ligne. Il y avait des opportunités apparemment infinies pour les talents et les marques de briller et de s'engager directement avec le public. Puis le contenu sponsorisé est entré en jeu au détriment de l'originalité. Je pense que les algorithmes ont rendu les réseaux sociaux ennuyeux et contre-productifs. Je me demande où va pendre la balance. Sommes-nous coincés avec des algorithmes purement basés sur la popularité, ou seront-ils remplacés par des plates-formes naissantes qui, à nouveau, peuvent offrir un flux de créativité libre et sans entrave ?

Stéphane Rabimov

 

Recently viewed products